Un lancement. Trois livres. Une auteure. Zéro convive.

Par Stéphanie Perreault, photos d’Audrey-Ann Morin

Le dimanche 3 mars 2019, de 14h00 à 16h00, dans le cadre du Salon du livre de l’Outaouais, un événement était organisé afin de lancer mes trois dernières parutions.

Une semaine de travail à préparer le matériel : créer les affiches, faire le design des signets, les faire imprimer et coordonner le transport pour les ramasser; monter les kits de presse ; à coordonner le transport du matériel et les logistiques concernant ma propre personne ; à coordonner avec ceux qui participeraient au lancement à mes côtés : Carol-Ann Morin, l’actrice et modèle qui paraît sur bien de mes couvertures ainsi que Sylvain Perrier, le photographe lauréat de plusieurs prix internationaux qui a, pour chacune, saisi son image; à échanger avec des convives qui avaient des questions; à organiser un concours qui se terminerait par un tirage lors du lancement, etc. Finalement, j’étais prête!

Le jour J, tout semblait bien se dérouler. Stationnement à la porte, ce qui, pour une personne en situation de handicap avec troubles locomoteurs, était tout simplement idéal, suivi d’une entrée immédiate sans avoir à faire la file et sans être bousculée, le charme!

En arrivant, la porte de la salle qui m’avait été assignée était déverrouillée et nous sommes entrés pour nous installer. La salle n’était pas montée, alors nous avons débuté le montage avec le matériel qui était sur place. Nous n’avions qu’une heure devant nous, mais c’était mieux que ce que nous espérions, nous bénéficiions de temps offert en surplus, ce quiddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddd nous avait été annoncé par messagerie texte quelques heures auparavant. À 13h15, personne n’étant encore venu, mon accompagnateur est parti à la recherche d’assistance dans les «coulisses» et immédiatement quelqu’un est venu à notre aide. Il a appelé la personne qui avait été assignée à mon événement et l’a informée que la salle n’était pas montée. Elle est venue m’informer qu’une autre salle était prête juste à côté et nous avons déplacé le matériel. Ce n’était pas celle qui était sur les cartons d’invitation, mais elle avait l’avantage de pouvoir accueillir des invités.

Les dernières parutions de l'auteure gatinoise Stéphanie Perreault : Rumeurs dans les Highlands, La flamme de Joliette et Du bien au soleil.
Rumeurs dans les Highlands, La flamme de Joliette, et Du bien au soleil attendaient les convives

Elle était magnifique! Un écran géant y était installé, des spots diffusant une couleur d’un ton mauve créaient une atmosphère feutrée, enveloppante, des chaises étaient disposées au même niveau que moi je l’étais pour présenter, ce que j’apprécie toujours afin de pouvoir être parmi les lecteurs. Tout cela, c’était beaucoup plus que ce que j’avais demandé. J’étais impressionnée. J’avais hâte de recevoir les lecteurs!

L'auteure québécoise Stéphanie Perreault lisant un extrait de son roman Rumeurs dans les Highlands, publié chez Encre Rouge
Lecture du roman Rumeurs dans les Highlands en patientant

Nous avons conversé entre nous, j’ai faufilé le micro sous mes vêtements, le temps a passé et soudainement je me suis questionnée sur l’heure qu’il était. On m’a répondu qu’il était 14h20. Il n’y avait aucun convive. La salle était vide. J’ai levé la tête vers le technicien de son. «Que se passe-t-il?»

Je suis repartie sans comprendre ce qui s’était passé. À mon retour à la maison, des messages m’attendaient. On était venu au Salon pour mon événement. On m’avait cherchée sans me trouver.

La vice-présidente du Salon du livre m’a expliqué la situation. Il y a tellement de visiteurs, plusieurs bénévoles qui sont des étudiants et des gens qui sont autrement occupés mais qui donnent généreusement de leur temps pour que l’événement soit une réussite, souvent jusqu’à l’épuisement. Il y avait un endroit où se rendre pour demander les informations, un guichet avec des personnes assignées pour répondre aux demandes de renseignements. Si mes invités s’étaient rendus à ce guichet, on les aurait dirigés au bon endroit. Je garde cette information en tête…

Je suis déçue d’avoir manqué cette rencontre. Vous m’avez exprimé que vous l’étiez aussi. Chaque fois que je fais un événement, c’est une opportunité d’échanger avec vous. Ces échanges sont nourrissants.

Du bien au soleil, L’amour dans l’âme et Les filles de Wakefield

Je tenais à donner une explication à ceux qui avaient tenté de venir et qui étaient repartis bredouilles. Il y avait un événement. Il y avait un lancement. Trois livres. Une auteure. Les convives? Vous étiez bien là…

Ce n’est que partie remise. Je recommence avec une nouvelle équipe. En avril. Les indications seront claires, c’est promis. J’y serai et vous aussi.

Réservez la soirée du 25 avril pour le lancement et restez à l’affût des nouvelles reliées à la série d’événements «Auteure en Résidence».

Si vous avez des questions ou des commentaires, je vous invite à communiquer avec moi via facebook.com/stephanieperreaultauteur, mon autre compte ayant atteint sa limite. Il me fait toujours plaisir de vous lire!

En ce qui a trait aux événements «Auteure en Résidence, veuillez communiquer avec Tina Chartrand, directrice de marketing, au
819-664-8196.

Pour toute question reliée à l’édition, pour les services presse, ou pour planifier un entretien, veuillez communiquer avec André Israel, éditeur, à encrerouge@gmail.com.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

0